CNRS dépasser les frontières

facilite l’accès aux résultats issus des différents champs de la recherche mondiale

Organigramme

Partager
PNG - 5.3 ko
En travaux

Après l’approbation du projet « Ingénierie des connaissances » le 10 juin 2014, le travail a été engagé sur la refonte de l’organigramme de l’Institut, qui est entré en décembre 2014 dans sa phase de mise en œuvre.

En voici un premier état. Un point sera réalisé au fur et à mesure de la désignation des équipes d’encadrement.
En décembre et janvier ont été nommés les nouveaux chefs de départements :

  • Département du Système d’Information (DSI) : Thierry Chardet
  • Secrétariat Général (SG) : Isabelle Kauffmann
  • Département du Développement de l’Offre (DDO) : Paolo Laï
  • Département de l’Offre de Services (DOS) : Claire François
  • Département Projets et Innovation (DPI) : Laurent Schmitt

Viendra ensuite le recrutement de responsables de services, suivi des responsables d’équipes et enfin des membres des équipes. Le nouvel organigramme sera entièrement opérationnel au 15 mai.

L’objectif est de construire une organisation cible qui soit en capacité de produire la nouvelle offre de service de l’Inist. L’organigramme constitue en effet la traduction schématique des liens fonctionnels et hiérarchiques d’une organisation en réponse aux choix stratégiques de l’institution.

Les principes structurant la nouvelle organisation sont les suivants :

  • Mettre l’usager (le chercheur) au cœur de la nouvelle offre de services
  • Renforcer la transversalité pour éviter le fonctionnement en silos
  • S’organiser en mode projet
  • Optimiser la chaine de management
  • Injecter une dimension opérationnelle à tous les postes d’encadrement

Une structure en charge du développement des partenariats
Placer l’usager au centre du dispositif implique de créer une structure dirigée vers l’extérieur, le département du développement de l’offre, chargé de coordonner les collaborations, :

  • avec les Instituts du CNRS (CORIST) via le futur Comité de régulation IST
  • avec les opérateurs du CNRS (Cléo, CCSD, Persée, Huma-num etc.)
  • avec les réseaux IST (EPRIST, Medici, ADBU, URFIST etc.)
  • avec les autres EPST (INSERM, INRIA, INRA etc.), les universités et leurs opérateurs IST (ABES, Couperin etc.) Le but de cette structure est d’engager une démarche proactive et régulière de contacts avec tous nos partenaires pour détecter les possibilités de nouvelles actions ou de confortement des actions existantes. Cette structure ne travaillera pas isolée des autres structures de l’Inist mais montera les partenariats avec celles-ci. C’est par cette structure « développement » que l’Inist mettra en œuvre le travail avec les partenaires (qui est d’une philosophie radicalement différente du travailler pour). Ce département accueillera aussi la communication externe, la veille et les relations internationales, ces fonctions ayant vocation à nourrir les équipes de l’Inist de leurs réflexions et contacts avec l’extérieur.

Une organisation en mode projet
Le nouvel organigramme fait une large place à la gestion en mode projet :

  • Mise en place, pour chacun des projets sélectionnés par le codir, d’une équipe multi-métiers dédiée à la réalisation du projet qui lui est confié
  • Les équipes projets font partie d’une structure rattachée à la direction le temps du projet : le département des projets et de l’innovation. Elles gèreront de façon autonome les ressources du projet (RH et budget)
  • Les membres des équipes projet (développeurs et fonctionnels) affectés au projet sont détachés de leur service d’origine vers cette nouvelle structure. Quand le projet est livré, les équipes projet retournent à leur service d’origine. Ce département accueillera le service Recherche & Développement, dont les missions sont élargies au-delà des problématiques de l’analyse de l’information. Il intègrera une dimension « expérimentation » chargée de la réalisation d’études et prototypes.

L’offre de services
Les 14 activités sont l’élément structurant de l’organigramme. Certaines activités ont été traduites afin de les rendre plus compréhensibles et de les reformuler à partir d’une matrice commune en vue de comprendre les interactions entre les différentes activités.
Ce travail a abouti à mieux distinguer les activités de front et back office, de mieux cerner les missions et niveaux de service, les process, et le pilotage, ce qui a permis d’opérer les regroupements les plus pertinents entre offre de services IST, Développement et Innovation/projets.
La plus grande partie des activités rejoindra une structure « Offre IST », ventilée selon la structuration des Plans d’action partagée du CNRS (PAP) : « Se documenter, Publier, Analyser/valoriser ».

Départements support
Le département des systèmes d’information et le département secrétariat général connaissent peu d’évolutions.

Services transversaux
Plusieurs entités ont une vocation éminemment transversale :

  • L’ingénierie documentaire puisque les besoins en ingénierie documentaire, et plus spécifiquement en curation de données, intéressent tous les pôles métiers de l’Inist et reposent sur les agents affectés dans ces mêmes pôles
  • La formation qui, outre un noyau d’agents chargés de l’ingénierie pédagogique et de la gestion des formations, repose, pour les contenus, sur des agents issus des pôles métiers.

Organigramme hiérarchique en cours : télécharger l’organigramme (PDF - 95 ko)