La mise en oeuvre d’ezPAARSE et ezMESURE à l’Université de Lille

25 septembre 2018

La gestion des ressources numériques payantes et gratuites est un enjeu stratégique, qui détermine en partie la politique documentaire. Les budgets importants qui y sont consacrés stagnent ou baissent, pendant que les coûts augmentent. Savoir comment et quelles communautés les utilisent permet à la fois de cibler l’effort sur les ressources importantes et de valoriser des acquisitions nouvelles ou mal connues.

La com­bi­nai­son d’outils comme ezPAARSE, pour pro­duire des indi­ca­teurs de consul­ta­tion des res­sources, et ezME­SURE, qui pro­pose des tableaux de bord per­son­na­li­sables à par­tir des don­nées pro­duites par ezPAARSE, consti­tue une offre de ser­vice à des­ti­na­tion de l’ESR dont l’INIST-CNRS est l’opérateur, en col­la­bo­ra­tion avec le consor­tium COUPERIN.

Les uni­ver­si­tés et orga­nismes scien­ti­fiques fran­çais sont encou­ra­gés à uti­li­ser ce ser­vice, déjà adop­té par de grandes uni­ver­si­tés comme l’Université de Lor­raine (impli­quée dès le lan­ce­ment du pro­jet ezPAARSE en 2012) et l’Uni­ver­si­té de Lille (qui vient de le mettre en place dans le cadre de sa fusion) et à contri­buer à son développement.

ezPAARSE et ezME­SURE per­mettent au CNRS de mesu­rer l’usage des articles scien­ti­fiques aux­quels les com­mu­nau­tés de ses 10 ins­ti­tuts ont accès.
Le fonc­tion­ne­ment du CNRS n’est pas le même que celui des uni­ver­si­tés, cer­taines adap­ta­tions sont nécessaires.

Un exemple de collaboration INIST-CNRS / Université

C’est ce que nous détaille Rachid Aliouat de l’Université de Lille qui met à dis­po­si­tion de tous la docu­men­ta­tion de la pro­cé­dure d’installation, d’automatisation et des choix réa­li­sés de la mise en place d’ezPAARSE et ezME­SURE à l’Université de Lille.

Rachid Aliouat :

L’équipe « docu­men­ta­tion élec­tro­nique » du SCD de l’Université de Lille avait besoin d’outils per­for­mants pour pro­duire des indi­ca­teurs sur la consom­ma­tion de res­sources électroniques.
Mais bien plus que des indi­ca­teurs qui répondent à la ques­tion « Que consomme mon éta­blis­se­ment ? », il nous fal­lait une démarche plus pré­cise pour répondre à la ques­tion : « Qui » consomme « Quoi » dans l’établissement. Le « Qui » ne se place bien sûr pas à l’échelle indi­vi­duelle mais repré­sente des groupes de popu­la­tion : un labo­ra­toire, une facul­té, un dépar­te­ment de for­ma­tion, etc.

Grâce à la qua­li­té de la docu­men­ta­tion pro­duite par l’équipe ezPAARSE, nous avons pu rapi­de­ment mettre en place une infra­struc­ture ezPAARSE uni­fiée pour nos 4 ser­veurs EZproxy. Puis nous nous sommes tour­nés vers l’équipe ezPAARSE/ezMESURE, très réac­tive, pour fina­li­ser notre démarche, être conseillés et auto­ma­ti­ser com­plè­te­ment notre solu­tion infor­ma­tique : des pro­ces­sus jusqu’à l’injection des évé­ne­ments de consul­ta­tion (EC) par web­ser­vice vers la pla­te­forme natio­nale ezMESURE.

Aujourd’hui

Nous tra­vaillons à l’enrichissement des EC avec des infor­ma­tions issues de notre annuaire LDAP. Chaque EC se voit adjoindre une série d’informations :
– Enti­té “labo­ra­toire de recherche” avec ses divers réfé­ren­tiels natio­naux (HAL, RNSR, UMR, idRef)
– Enti­té péda­go­gique (Facul­té, UFR, ins­ti­tut, École, dépar­te­ment, etc.)
– Typo­lo­gie d’individu (ensei­gnant, cher­cheur, per­son­nel, étu­diant, etc.)

L’Université de Lille a endos­sé le rôle de pois­son-pilote sur le sujet, avant de reve­nir vers l’équipe ezME­SURE et ses éta­blis­se­ments par­te­naires pour tra­vailler ensemble sur la base d’une “preuve de concept”. Il nous res­te­ra alors à nous orga­ni­ser au niveau natio­nal autour d’une série de méta­don­nées repré­sen­tant un « déno­mi­na­teur com­mun » mini­mal avec un réfé­ren­tiel com­mun pour toute entre­prise d’enrichissement des EC.

Bilan

Ce pro­jet a deux faces complémentaires :
– d’un côté le SCD sait “qui consomme quoi” dans son éta­blis­se­ment, dis­po­sant ain­si un outil d’aide à la déci­sion et à la négociation
– et du côté ezME­SURE, compte tenu de l’enrichissement avec un réfé­ren­tiel natio­nal, on peut enfin croi­ser et agré­ger l’information, les indi­ca­teurs, dans une dimen­sion trans­ver­sale mul­ti-éta­blis­se­ments qui révé­le­ra les usages, les flux autour des accès aux res­sources numériques.

Témoignage

human hand and computer keyboard as symbol of high technology
L’Université de Lille a endossé le rôle de poisson-pilote sur le sujet, avant de revenir vers l’équipe ezMESURE et ses établissements partenaires pour travailler ensemble sur la base d’une “preuve de concept”.

Rachid Alouat / Lille